Catégories
Sports individuels

Tout athlète d’athlétisme doit connaître et suivre ces règles de base

Les règles des épreuves d’athlétisme préconisent un jeu libre et équitable sur le terrain. Si vous connaissez bien ces règles, vous pouvez formuler une stratégie efficace et aller chercher l’or tant recherché.

L’athlétisme est une combinaison d’événements sportifs impliquant des compétitions de course à pied et d’athlétisme.

L’athlétisme est une combinaison d’événements sportifs impliquant des compétitions relatives à la course, au lancer et au saut. Il s’agit d’épreuves comme le sprint, la course de fond, les haies, le relais, le lancer de javelot, le lancer de poids, le lancer de disque, le saut en hauteur, le saut en longueur, le saut à la perche, etc. ainsi que des compétitions à épreuves multiples comme le pentathlon, l’heptathlon et le décathlon.

Règles et règlements

Les règles des épreuves d’athlétisme qui sont suivies au niveau international sont conçues par le principal organe directeur de l’athlétisme. Non seulement les concurrents, mais aussi les officiels sont tenus de suivre les règles avec une discipline appropriée. Selon les directives établies par l’IAAF, les compétitions doivent se dérouler sur des installations dotées d’une surface synthétique, qui répondent aux spécifications énoncées dans les protocoles de test des installations de piste de l’IAAF. En ce qui concerne l’âge, le 31 décembre de l’année au cours de laquelle l’événement en question a lieu est considéré comme la référence pour le calcul de l’âge. L’athlète ne doit pas porter de vêtements répréhensibles. Les vêtements qui sont transparents, ou qui peuvent devenir transparents s’ils sont mouillés, ne doivent pas être portés.

Dans la plupart des compétitions, les athlètes sont censés porter les dossards qui leur sont fournis sur la poitrine et le dos. Dans le lancer du javelot et le saut à la perche cependant, un seul dossard doit être porté soit sur la poitrine, soit sur le dos. Les chaussures portées lors de la compétition doivent répondre aux directives de l’IAAF. Les chaussures ne doivent pas donner aux athlètes un avantage déloyal sur les autres athlètes. Le nombre de pointes dans la semelle des chaussures ne doit pas dépasser 11. La taille des pointes utilisées dans les épreuves de course à pied ne doit pas dépasser 9 mm. Dans le lancer du javelot et le saut en hauteur, les mêmes ne doivent pas dépasser 12 mm.

saut en hauteur

Règles générales

Dans les épreuves de course à pied, l’athlète est averti au premier départ fautif ; la répétition de la même erreur appelle une disqualification. La discipline de couloir est de la plus haute importance en athlétisme. Si un athlète change de couloir, il sera considéré comme faisant obstruction à un autre athlète, ce qui entraînera une disqualification immédiate. En relais, le passage du témoin doit se faire dans la zone d’échange de 20 m ; essayer de passer le témoin après avoir franchi cette distance sera considéré comme une faute. En haies, l’athlète doit franchir toutes les haies avec un franchissement clair. Le fait de renverser une haie dans l’effort de franchissement, ou comme tentative délibérée, peut entraîner la disqualification.

Dans le saut en hauteur et le saut à la perche, chaque athlète a trois chances de franchir la haie. Le fait de ne pas franchir la haie est considéré comme une faute, et trois fautes de ce type entraînent automatiquement la disqualification. Au saut en longueur et au triple saut, le dépassement de la planche d’appel est considéré comme une faute. Comme dans le cas du saut en hauteur, trois fautes au saut en longueur ou au triple saut entraînent une disqualification automatique. Le dépassement est considéré comme une faute dans diverses compétitions de lancer, c’est-à-dire le lancer de discussion, le lancer de javelot, le lancer de poids et le lancer de marteau.

Règles de disqualification et de protestation

Le temps gagnant ou le temps intermédiaire est soit annoncé par les officiels, soit affiché sur le tableau électronique officiel. La transmission du temps aux athlètes par toute personne en personne est strictement interdite. L’assistance médicale ne sera fournie que par le personnel médical désigné par le comité d’organisation. Toute assistance médicale dans l’aire de compétition par l’entraîneur des athlètes ou l’équipe de soutien, sera considérée comme une perturbation de la compétition.

Un athlète peut être immédiatement disqualifié en cas d’infraction aux règles techniques ou de tout comportement antisportif sur le terrain. Les délégués techniques nommés par le comité d’organisation seront chargés de recevoir les protestations, le cas échéant. Les protestations concernant des irrégularités dans la participation d’un athlète doivent être enregistrées avant le début de la manifestation sportive en question. Les protestations concernant les résultats d’une manifestation sportive particulière, doivent être enregistrées dans les 30 minutes qui suivent la fin de ladite manifestation.

Une erreur ne vous fera pas seulement atterrir hors de la compétition, mais peut même entraîner une pénalisation sévère. Il est donc d’autant plus important de bien connaître ces règles bien à l’avance. Après tout, la compétition est une question d’opportunité… une fois perdue, vous risquez de ne jamais la retrouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *