MMA
Sports de combat

Une liste complète de tous les arts martiaux populaires

0

Il existe littéralement des centaines de types d’arts martiaux différents qui ont été développés et sont pratiqués dans le monde entier. Les noms et les détails de certains des plus populaires d’entre eux ont été briefés dans cet article. Jetez-y un coup d’œil.

La naissance du MMA

Le premier Ultimate Fighting Championship (UFC) a été organisé le 12 novembre 1993 à Denver, dans le Colorado, dans le but de découvrir l’art martial le plus efficace à travers des combats réels entre des compétiteurs, chacun formé dans une discipline de combat différente. Lors des combats suivants, les combattants ont commencé à adopter des techniques plus efficaces issues d’autres arts, ce qui a conduit au développement des arts martiaux mixtes (MMA).

Bruce Lee, Jackie Chan, Tony Jaa et Scott Adkins ne sont que quelques-uns des noms éminents qui viennent à l’esprit quand on pense aux arts martiaux. Leurs mouvements défiant la gravité et leurs performances stellaires à l’écran leur ont permis d’attirer un grand nombre de fans. Ils ont notamment éveillé un grand intérêt pour les arts martiaux auprès du grand public.

Cependant, ce que Hollywood vous montre n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il existe des centaines, voire des milliers d’arts martiaux. Chacun d’entre eux est né du besoin d’autodéfense et, en tant que tel, est aussi efficace qu’un autre. Dans les lignes qui suivent, nous vous emmenons à travers une liste de certaines des formes d’arts martiaux les plus populaires qui existent aujourd’hui.

Liste des styles d’arts martiaux

Le jujitsu est l’un des arts martiaux les plus anciens qui soient, vieux de plus de 2 500 ans. Il a été développé à l’origine comme un moyen d’autodéfense contre des adversaires en armure, comme les guerriers samouraïs de l’époque, sur lesquels les coups de poing et de pied étaient inefficaces. Cette technique met donc l’accent sur les clés, les projections et autres techniques défensives, pour déséquilibrer l’adversaire et l’amener au sol.

Sumo

Le sumo est un art martial japonais de plein contact, dont l’histoire s’étend sur plusieurs siècles. Il s’agit essentiellement d’une épreuve de force, dans laquelle un lutteur tente d’en forcer un autre à sortir des limites d’un ring circulaire, ou de lui faire toucher le sol avec une partie du corps autre que la plante des pieds.

Traditionnellement, les lutteurs de sumo sont tenus de vivre ensemble dans des écuries d’entraînement de sumo, où tous les aspects de leur vie quotidienne sont régis selon le strict ensemble de règles établies par l’Association japonaise de sumo.

Sambo

Sambo est l’abréviation de « Samooborona Bez Orushia ». En russe, il implique « l’autodéfense sans armes ». Il s’agit d’une forme relativement moderne d’art martial, ayant été mise en pratique pour la première fois dans les années 1920 par l’Armée rouge soviétique comme moyen d’améliorer leurs compétences en matière de combat à mains nues.

Ce style fusionne les techniques les plus efficaces de plusieurs arts martiaux, dont le judo et un certain nombre d’autres styles de lutte traditionnelle. Outre des frappes et des coups puissants, il comprend également des techniques de projection, de travail au sol et de soumission.

Ninjutsu

Le mot Ninjutsu, lorsqu’il est traduit, signifie « l’art de la furtivité ». C’est un style de combat qui se concentre principalement sur les tactiques d’espionnage et la guérilla. Le Ninjutsu a été élaboré et couramment pratiqué par les shinobi, plus connus en dehors du Japon sous le nom de ninjas. Il implique un conditionnement mental et physique strict, et l’emploi de plusieurs mouvements non conventionnels de combat.

Aikido

« Ai » signifie harmonie, « ki » signifie esprit et « do » signifie voie. Le fondateur a développé ce style de combat en combinant ses études martiales, sa philosophie et ses croyances religieuses.

Contrairement à la plupart des autres arts martiaux, le principe central de l’Aïkido est de permettre aux pratiquants de se défendre, tout en empêchant leurs attaquants d’être gravement blessés. L’accent est mis sur l’utilisation de l’énergie et de l’élan de l’attaquant contre lui, en utilisant des mouvements stratégiques d’entrée et de rotation, et pour l’amener rapidement au sol, où une clé de soumission peut être employée.

Yoseikan Budo

Yoseikan Budo est un art martial composite, dans lequel ont été intégrées diverses techniques issues d’autres arts martiaux. Il se compose de techniques altérées de judo, d’aïkido, de jujitsu et de karaté.

Si la forme actuelle de ce style de combat tel qu’il est pratiqué comprend principalement du travail au sol et des manœuvres de soumission, à l’origine, il comprenait également des techniques de frappe ainsi que l’utilisation de différentes armes.

American Kenpo

Deviné par Ed Parker, Kempo est un style de combat considéré comme une forme d’autodéfense. Différentes versions de cet art sont enseignées par un certain nombre d’instructeurs, car Ed est décédé avant de nommer un véritable successeur.

Le Kempo américain fait usage d’une succession rapide de coups de main, visant à submerger l’ennemi et à lui porter le plus de coups possible dans une courte durée. Les coups de pied sont rarement utilisés, et sont généralement maintenus bas, avec l’intention d’éviter que le pratiquant ne perde l’équilibre pendant un combat.

Wing Chun Kung Fu

Wing Chun kung Fu est un art martial basé sur un concept, qui est enseigné comme un moyen d’auto-défense. Il tire son nom de la légende d’une jeune femme chinoise appelée Yim Wing-Chun, qui a pu vaincre un chef de guerre dans un affrontement en tête-à-tête grâce à lui.

Il fait appel à la fois à des techniques d’entraînement et à des techniques de combat.

Il emploie à la fois, des techniques de frappe et de grappage, ainsi qu’un répertoire spécialisé de combat à distance rapprochée.

Choi Kwang Do

Choi kwang do est une technique d’autodéfense moderne développée par Kwang Jo Choi, qui était initialement un pratiquant de tae kwon do. Il a développé cette nouvelle forme d’art martial afin de prévenir les blessures qui, selon lui, résultaient de la pratique du tae kwon do.

Le tae kwang do met l’accent sur la souplesse et la fluidité des mouvements, qui génèrent une force suffisante sans trop solliciter les articulations. Il comprend également des exercices de respiration et d’étirement, du yoga pour conditionner le corps, et pour améliorer la flexibilité.

Vovinam Viet Vo Dao

Vovinam Việt Võ Đạo a été formulé par le grand maître Nguyễn Lộc, dans l’intention d’enseigner aux pratiquants un moyen efficace d’autodéfense, qui, selon lui, jouerait un rôle crucial dans la libération du Viêt Nam, qui était alors gouverné par la France.

Ce style de combat se pratique avec et sans l’utilisation d’armes, et est conçu pour entraîner à la fois, le corps et l’esprit. Il comprend des frappes de la main, des coups de pied, des coups de coude, ainsi que des techniques de grappage et d’évasion. L’attaque comme la défense ont le même poids dans cet art.

Gatka

Gatka est un art martial d’Asie du Sud qui a ses origines dans le nord de l’Inde, et dans ce qui est maintenant le Pakistan. Il était principalement pratiqué par les sikhs du Pendjab.

Le Gatka est un entraînement au combat par les armes, qui se concentre principalement sur l’entraînement à l’utilisation des épées et des boucliers. Ses techniques sont efficaces aussi bien pour l’attaque que pour la défense, et sont très spectaculaires à regarder.

Kumdo

Le kumdo est un art martial coréen moderne dérivé du kendo japonais. Traduit, il signifie la « voie de l’épée ».

Il s’agit d’un art martial moderne.

Le kumdo est enseigné en utilisant le « juk do », qui est une épée en bambou à 4 fentes, et le « ho goo », c’est-à-dire l’équipement de la tête et du corps. De vrais sabres sont également utilisés, mais uniquement pour la démonstration des compétences, et non lors de véritables séances de sparring.

Kajukenbo

Le kajukenbo est un art martial hybride. Le nom Kajukenbo est indicatif des différents arts qui sont utilisés dans ce style : Ka – Karaté, Ju – Judo et Jujutsu, Ken – Kenpo, et Bo – Boxe occidentale et chinoise.

Cet art de combat intègre des techniques de frappe, de coups de pied, de projection, de mise à terre, de blocage des articulations, mais aussi de désarmement des armes.

Kyokushinkai Karate

Il a été créé par Sosai Masutatsu Oyama en 1955. C’est un style de combat plein-contact, qui a une grande présence internationale, avec plus de 12 millions d’adeptes seulement au cours des dernières décennies.

Le Kyokushin est considéré par beaucoup comme la forme la plus forte de karaté. Il est connu pour son entraînement rigoureux et son conditionnement physique. Il comprend des mouvements de contact corporel intense dans le sparring, et s’appuie fortement sur des mouvements circulaires pour augmenter l’élan.

Praying Mantis

Ce style a été conçu par Wong Long, et comporte deux versions différentes – Nord et Sud. Le nom de mante religieuse a été inspiré par la vitesse et l’agressivité affichées par l’insecte – mante.

Une caractéristique distincte de la technique de la mante du nord est le « crochet de la mante religieuse », qui est un crochet fait d’un à trois doigts, et utilisé pour diriger la force à la manière d’un fouet. Des mouvements circulaires sont utilisés pour dévier les attaques frontales, et des frappes précises sont utilisées pour attaquer les points vitaux de l’ennemi.

La mante du sud met l’accent sur le combat rapproché en utilisant des jaillissements de mouvements à haute énergie. Elle utilise principalement des techniques de main et un nombre limité de coups de pied bas.

Tai Chi Chuan

Connu dans le monde entier pour ses bienfaits sur la santé et pour son efficacité à réduire la tension et le stress, le tai chi chuan est un art martial chinois conçu à l’origine pour s’entraîner à l’autodéfense. Il repose sur l’utilisation de la puissance interne (chi), que le pratiquant apprend à utiliser au cours d’années d’entraînement, d’exercices et de méditation.

L’utilisation du tai chi en combat est un test de la compréhension de cette méthode de combat. Contrairement à d’autres formes d’arts martiaux, elle nécessite l’emploi de changements appropriés, comme le fait de céder et de se coller, plutôt que d’utiliser la force d’opposition contre une attaque qui se présente.

art martial

Le karaté Shotokan

Le Shotokan est une forme de karaté développée par Gichin Funakoshi et son fils Gigo (Yoshitaka) Funakoshi.
Ce style de combat japonais se concentre sur le développement de techniques puissantes, anaérobies et de la vitesse.

L’entraînement initial permet de développer la puissance et la vitesse, et au fur et à mesure que l’élève progresse jusqu’à la ceinture marron ou noire, le développement d’un style beaucoup plus fluide, comprenant également le grappling et les projections, est réalisé.

La lutte gréco-romaine

C’est un style de lutte qui forme un sport populaire pratiqué dans le monde entier. Il exige du pratiquant qu’il développe sa force physique par un entraînement lourd ainsi qu’une technique et une forme appropriées grâce à beaucoup de pratique.

La lutte gréco-romaine est un sport populaire qui est pratiqué dans le monde entier.

Ce style ne permet pas l’utilisation de prises en dessous du niveau de la taille, donc on se concentre beaucoup sur l’utilisation des projections en offensive, et sur leur évitement en défensive en s’accrochant à la jambe de l’adversaire. L’objectif de la lutte gréco-romaine est de plaquer les épaules de l’adversaire au sol.

Kickboxing

Le kickboxing, comme son nom l’indique, est une technique de combat qui utilise des coups de pied et des coups de poing pour mettre à terre un adversaire. Il est basé sur d’autres arts martiaux importants, notamment le muay thai, le karaté et la boxe occidentale. Le kickboxing est un événement sportif majeur à travers le monde, et est également pratiqué comme un moyen d’autodéfense et pour rester en forme.

Hwa Rang Do

Cet art martial coréen a été créé par Joo Bang Lee et son frère Joo Sang Lee. Il comprend l’apprentissage de diverses techniques de combat, un entraînement des capacités mentales, un entraînement spirituel et même différentes poursuites artistiques.

Dans l’entraînement physique, un pratiquant apprendra différentes techniques de coups de poing et de coups de pied, et comment se défendre contre elles, ainsi que contre les verrouillages, les projections et autres manœuvres offensives. L’utilisation et la défense contre diverses armes, telles que les nunchakus, les longs bâtons, les bâtons et les épées, sont également enseignées.

Iaido

L’Iaido est une technique moderne de combat à l’épée japonaise, qui enseigne l’utilisation de l’épée de samouraï pour attaquer en utilisant une seule frappe.

Elle utilise des mouvements lisses et contrôlés, qui commencent généralement par le fait de tirer le sabre du fourreau, de frapper l’adversaire, puis de le replacer. Elle nécessite beaucoup de pratique et une grande concentration.

Kalaripayattu

Le kalaripayattu est un art martial indien, largement considéré comme le plus ancien système de combat existant. Il est aujourd’hui principalement pratiqué dans les États indiens du Kerala, dans certaines parties du Tamil Nadu, et par certains membres de la communauté malaise en Malaisie.

Cette forme d’art martial utilise des frappes, des coups de pied, des sauts, des grappins et d’autres manœuvres complexes. Elle comprend également un entraînement à l’utilisation d’armes, ainsi que différentes méthodes de guérison.

Il s’agit d’une forme d’art martial.

Kendo

Le kendo est un art martial moderne avec armes qui est issu de l’ancienne technique d’épée – le kenjutsu. Il est aujourd’hui pratiqué principalement au Japon, mais aussi dans de nombreux endroits différents dans le monde.

Le kendo est un style d’escrime qui utilise les deux mains pour maximiser la puissance des frappes. Il nécessite beaucoup de conditionnement physique et mental par une pratique intense. de nos jours, le kendo se pratique avec des épées en bois et en portant des équipements de protection.

Naginatajutsu

Le naginatajutsu est un ancien art martial japonais conçu pour apprendre à manier le naginata, qui est une arme ressemblant au glaive européen médiéval. Le naginata était utilisé contre la cavalerie, car sa longueur permettait de garder une distance sûre avec les chevaux et leurs cavaliers. Il était populairement utilisé par les femmes samouraïs pour défendre leurs maisons lorsque leurs maris étaient partis à la guerre.

La naginata est une arme de guerre.

Le Naginatajutsu utilise principalement des mouvements de poussée ainsi que de longs arcs. En tant que sport moderne, il se pratique avec des naginnata en bambou, en portant des équipements de protection.

C’est l’une des formes de combat les plus anciennes et les plus naturelles connues de l’homme. Dans la boxe, les mains sont enroulées en poings et sont utilisées pour donner des coups de poing. Les mains sont également utilisées pour protéger le visage et le cou contre les attaques. Bien qu’un boxeur utilise uniquement ses mains pour se battre, il doit également entraîner ses jambes afin d’obtenir un meilleur équilibre, une plus grande vitesse et une plus grande agilité. Les épreuves de boxe professionnelle mettent brutalement à l’épreuve la force, l’endurance et les réflexes d’un boxeur, ainsi que sa volonté.

Daitō-ryū Aiki-jūjutsu

Daitō-ryū aiki-jūjutsu est un art de combat japonais rendu populaire par le directeur Takeda Sokaku, qui est considéré comme le restaurateur ou le fondateur de cet art.

Le principe principal de ce style de combat est de neutraliser rapidement une attaque, et de prendre le dessus très tôt. Il utilise des techniques de projection, de manipulation des articulations, et différents moyens d’utiliser la force et le mouvement de l’ennemi contre lui. Il consiste à frapper les zones vitales de l’attaquant pour mettre en place des tactiques de blocage des articulations ou de projection.

La lutte libre

La lutte libre trouve son origine dans la lutte « catch-as-catch-can » en Grande-Bretagne et. Il s’agit d’une forme de lutte amateur, où le but ultime est de projeter ou de plaquer son adversaire au sol. A la différence de la lutte gréco-romaine, ce style permet au lutteur d’utiliser ses propres jambes ou celles de son adversaire en attaque comme en défense.

Il s’agit d’une lutte libre.

La lutte libre est considérée comme le style le plus complet de lutte debout, comportant des éléments de lutte traditionnelle, de sambo et de judo.

Pencak Silat

C’est un ensemble d’arts martiaux indonésiens, qui dépend de l’utilisation d’armes indigènes et de styles d’animaux. Le mot « pencak » signifie performance, tandis que le terme « silat » signifie combat et autodéfense.

Le pencak silat a été développé comme une méthode efficace de combat et d’auto-défense par les habitants de ces îles, pour se protéger et lutter contre les Japonais et les Néerlandais, et des années de guerre civile interne. Ce style de combat s’inspire de la boxe et de la lutte. Il comporte à la fois, des techniques de combat armé et non armé.

Sanshou

Le système de combat Sanshaou a été développé à l’origine par les militaires chinois comme un art de combat efficace. Il a été dérivé du kung-fu traditionnel et d’un certain nombre d’autres techniques de combat modernes.

Le Sanshaou comprend des combats à distance rapprochée, utilisant des coups de pied et des coups de poing rapides. Il comprend également des manœuvres de prise au sol de lutte, telles que des projections, des balayages, des coups de genou et de coude, etc. Le sanshaou est largement considéré comme faisant partie des arts martiaux chinois.

Tang Soo do

Cet ancien style de combat est né il y a environ 2 000 ans en Corée, et est considéré comme l’une des plus anciennes formes de karaté. Il se compose également d’éléments provenant d’autres arts martiaux de premier plan, tels que le subak, le taekkyon et le kung-fu chinois.

Les pratiquants du Tang Soo do utilisent des frappes de la main, des coups de pied et des blocages pour se défendre. Ils utilisent également des techniques de grappage similaires au jiu-jitsu ou à l’aïkido. Ce style met fortement l’accent sur les techniques de respiration.

Juego de maní, également connu simplement sous le nom de mani, est un art martial mixte qui a été développé à Cuba par les esclaves africains. Son nom, lorsqu’il est traduit, signifie le « jeu de la guerre ».

Il s’agit d’un art martial mixte.

Le mani est un style de combat qui se déguise en danse. Il était pratiqué par les esclaves pendant leur temps libre de travail. Il se compose de techniques telles que les lèches basses, les balayages de pieds, les coups de poing, les coups de tête, etc. Elle implique également un certain nombre de sauts et de manœuvres d’évitement de type roue. Chaque combat en un contre un se termine par une mise à terre ou une manœuvre d’agrippement. Le mani inclut également l’utilisation d’armes, comme un bâton de canne, des couteaux, etc.

Le kalenda a commencé vers les années 1720 à Trinidad, et est une sorte de musique et de danse folklorique, en plus d’être un art martial. Il s’agit essentiellement d’une routine de combat au bâton, populaire parmi les habitants des îles des Caraïbes, qui est utilisée comme une forme de spectacle de danse à une époque récente.

Le nom Kamau Njia signifie la « voie du guerrier silencieux » en swahili. C’est un art martial moderne qui se concentre sur le développement de mouvements instinctifs, en tirant parti de la défense et de l’attaque naturelles d’un individu afin de maîtriser l’ennemi.

Il est fortement axé sur le développement de mouvements instinctifs.

Il se concentre fortement sur l’entraînement en temps réel basé sur des scénarios contre des saisies, des frappes, des armes et des attaques au sol. L’idée est d’affiner les réflexes du pratiquant pour fonctionner de manière réflexe pendant la pression et la détresse d’une attaque. Le kamau njia emprunte à une variété d’autres arts martiaux, notamment le jiujitsu, l’aikijutsu, le kempo, la boxe, la danse africaine, etc.

Une liste détaillée des différentes tailles officielles de basket-ball

Article Précédent

Une liste d’idées parfaites pour un tournoi de golf amusant

Prochain article

À Lire aussi

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *