Catégories
Coaching et conseils

6 conseils pour être un bon parent entraîneur de sport pour les jeunes

Lorsque la neige fond, que les arbres retrouvent leur voûte verte et que la lumière du jour prolonge les soirées, des millions de jeunes garçons et filles inondent les cours d’école, les terrains de football et de baseball pour entamer une nouvelle saison de sports pour les jeunes. Des enquêtes indiquent que près de 70 % des enfants âgés de 6 à 12 ans participent à des sports organisés. Cette migration annuelle vers les terrains de sport est une bonne chose car, selon eux le sport aide les enfants à faire de l’exercice, à se faire des amis, à s’amuser, à apprendre à jouer en tant que membre d’une équipe, à apprendre à jouer loyalement et à améliorer l’estime de soi.

Le sport est une activité qui permet aux enfants de faire de l’exercice.

Le sport est l’un des rares endroits dans la vie d’un enfant où un parent peut dire : «C’est ton truc». «Le sport est l’un des meilleurs moyens pour les jeunes de prendre des risques et de faire face à l’échec, car les conséquences ne sont pas fatales et ne sont pas permanentes. Il s’agit d’un jeu. Ils ne veulent donc généralement pas ou n’ont pas besoin d’un parent pour les secourir lorsque quelque chose ne va pas.

Le rôle des parents dans les sports de jeunesse

La grande majorité (90%) des équipes sportives de jeunes sont entraînées par un ou plusieurs parents qui ont des enfants dans l’équipe, un arrangement nécessaire pour maintenir le sport de jeunes à flot ; peu d’équipes amateurs ou non scolaires peuvent se permettre le coût d’entraîneurs professionnels. Des études ont montré que le fait d’entraîner son enfant peut être une expérience merveilleuse, tant pour le parent que pour l’enfant. Cette attention supplémentaire permet à l’enfant de «s’épanouir comme une fleur de serre dans la chaleur du regard de ses parents» dit une spécialiste de l’éducation des enfants et psychologue pour enfants. Malheureusement, il existe des cas bien médiatisés où les conflits sur le terrain entre l’entraîneur et l’enfant sont reportés à la maison et affectent négativement la relation parent-enfant.

Ce n’est pas parce que vous êtes un bon parent que vous allez être un bon parent entraîneur», explique le professeur de psychologie à l’Université de Washington, spécialisé dans le sport chez les jeunes. De nombreux parents-entraîneurs ont du mal à séparer leur rôle de parent de celui d’entraîneur, ramenant à la maison les problèmes rencontrés lors des entraînements et des matchs. Votre enfant peut ressentir une pression supplémentaire pour vous faire plaisir, surtout si vous êtes trop investi dans sa réussite. Certains enfants ne veulent pas que leurs parents soient des entraîneurs par crainte de la réaction des autres membres de l’équipe.

Certains enfants ne veulent pas que leurs parents soient des entraîneurs.

Malgré tous les avantages des activités sportives, près de 75 % des enfants arrêtent de pratiquer du sport à l’âge de 13 ans principalement parce que le jeu n’est plus amusant. Pourquoi ? Peut-être à cause d’un encadrement parental trop compétitif. Au cours d’un sondage informel réalisé sur une période de 30 ans, des centaines d’athlètes universitaires ont été invités à réfléchir : «Quel est votre pire souvenir de sport chez les jeunes et au lycée ?» Leur réponse massive : « Le retour à la maison après les matchs avec mes parents.

Comment être un bon coach parental

Si vous pouvez adopter un état d’esprit d’entraîneur et être réaliste quant aux capacités de votre enfant, entraîner votre enfant peut être une entreprise positive pour vous deux. Tout d’abord, vous pourrez passer plus de temps ensemble – sur le terrain et en dehors – puisque vous aurez quelque chose en commun, un lien dû à des intérêts partagés pour le sport et l’équipe. En outre, vous aurez un certain contrôle sur le type de choses que votre enfant apprend, sur la manière dont il est instruit et sur les problèmes qu’il rencontre, qu’il s’agisse de l’apprentissage, de l’instruction, de la pratique du sport ou de l’interaction avec les autres. Enfin, votre enfant aimera votre implication – l’attention particulière, les félicitations et les avantages – même s’il ne le dit pas.

Si vous décidez d’entraîner l’équipe de votre enfant, gardez les éléments suivants à l’esprit :

1. Comprenez votre rôle en tant qu’entraîneur

Un entraîneur est avant tout un enseignant des règles du jeu et des compétences fondamentales nécessaires pour pratiquer un sport, ainsi qu’un formateur de caractère. L’objectif d’un entraîneur de jeunes est d’enseigner aux enfants le plaisir de l’activité physique, en se rapportant spécifiquement à un sport particulier – il ne s’agit pas de victoires ou de défaites ou de compétition entre les joueurs.

Les jeunes enfants se développent physiquement et mentalement.

Les jeunes enfants se développent physiquement et émotionnellement à des rythmes différents, avec de grandes variations de taille et de coordination pendant la pré-adolescence. Deux enfants de 10 ans peuvent n’avoir que leur âge en commun – l’un peut avoir la carrure et la coordination d’un enfant de 14 ans, tandis que l’autre a la taille et les attributs d’un enfant de 8 ans. Votre travail d’entraîneur consiste à créer une atmosphère dans laquelle chaque enfant a la possibilité de se réaliser et de s’améliorer en fonction de ses capacités uniques, tout en prenant plaisir à pratiquer ce sport. Vous n’êtes ni Joe Torre, qui mène les Yankees de New York au championnat, ni celui qui entraîne les Blue Devils de l’université Duke au championnat national. Votre rôle est plus important pour votre enfant et ses coéquipiers que n’importe quel entraîneur ultérieur qu’ils pourraient avoir, car la décision d’un enfant de continuer le sport dépend souvent de ses expériences au cours de ses premières années d’apprentissage et de jeu.

Les enfants ont besoin d’une bonne dose d’énergie.

2. Être un modèle positif

Souvenez-vous toujours que tout sport n’est qu’un jeu, et non le reflet de la valeur ou du potentiel de chacun. Il est facile de perdre toute perspective si l’on se laisse emporter par les aspects compétitifs. La pratique d’un sport est une occasion d’apprendre des leçons sur la vie, ses défis et ses opportunités, et que la véritable compétition est avec soi-même.

Votre équipe se tournera vers vous pour décider de l’attitude et des actions appropriées sur le terrain et dans la vie, alors gardez les éléments suivants à l’esprit :

Les exemples de comportements inappropriés sont courants. Par exemple, en 2006, alors qu’il entraînait une équipe de football d’un collège, l’ancien linebacker des Oakland Raiders et des San Francisco 49ers a pénétré sur le terrain pour défier un collégien jouant dans l’équipe adverse. En 2009, un autre ancien joueur des Oakland Raiders et entraîneur d’une équipe de jeunes, Jeremy Brigham, a attaqué son ancien assistant après un entraînement. Si les dossiers des équipes ont été oubliés depuis longtemps, tous les joueurs des équipes impliquées dans ces incidents se souviennent sûrement des actions des deux entraîneurs, sans doute au grand dam des enfants des entraîneurs.

3. Séparer les rôles d’entraîneur et de parent

La majorité des conflits entre les parents coachs et leurs enfants proviennent de l’incapacité des parents à distinguer leurs rôles dans la vie quotidienne. Les parents entraîneurs qui réussissent laissent leur coaching sur le terrain, allant même jusqu’à demander à leurs enfants des appeler « entraîneur « à l’entraînement ou aux matchs, et « maman « ou « papa « ailleurs. Le coaching doit commencer et se terminer sur le terrain de jeu, jamais dans la voiture pour aller ou revenir de l’entraînement, à la table du dîner ou pendant les réunions de famille.

Les parents entraîneurs qui réussissent laissent leur coaching sur le terrain.

Vous êtes d’abord un parent et vous le serez pour le reste de la vie de votre enfant ; c’est le rôle et la responsabilité les plus importants que vous aurez jamais. Votre passage en tant qu’entraîneur est temporaire. Votre enfant a besoin de savoir qu’en tant que parent, vous lui portez un amour inconditionnel, qu’il gagne ou qu’il perde.

Les enfants ont besoin de savoir que vous les aimez tous.

4. Traitez tous les joueurs de la même façon

Les parents entraîneurs commettent souvent l’erreur de favoriser leurs enfants par rapport aux autres membres de l’équipe ou, à l’inverse, d’être trop sévères pour ne pas donner une impression de favoritisme. Il est difficile de trouver un équilibre, de sorte que de nombreux parents-entraîneurs finissent par ignorer leur propre enfant, ce qui les oblige en fait à lutter contre le jeu sans l’encadrement fourni à leurs coéquipiers.

Les parents-entraîneurs ne sont pas les seuls à commettre des erreurs.

Mon père ne voulait jamais que les autres enfants ou les parents pensent qu’il faisait preuve de favoritisme à mon égard, alors j’ai toujours dû faire mes preuves par moi-même», se souvient le vétéran de 19 ans de Major League Baseball et sept fois All-Star avec les Atlanta Braves. Le lanceur des New York Yankees Phil Hughes dit que son père était plus dur avec lui qu’avec les membres de son équipe de jeunes, et qu’il l’appelle encore aujourd’hui avec des «messages vocaux d’une heure sur tout ce dont je dois me souvenir.

Si vous êtes préoccupé par le traitement que vous réservez à votre enfant, demandez à un autre entraîneur ou à un parent de vous donner un avis objectif – si vous faites preuve de favoritisme ou si vous êtes trop dur – et envisagez de laisser un entraîneur adjoint travailler plus personnellement avec votre enfant pendant que vous travaillez avec ses coéquipiers.

5. Enseignez les fondamentaux et l’esprit sportif

Tout sport implique des compétences physiques spécifiques qui peuvent être apprises et pratiquées, qu’il s’agisse de frapper une balle lancée, de dribbler un ballon de basket ou de passer un ballon de football à un coéquipier ouvert. Les jeux d’équipe impliquent généralement des stratégies, tant offensives que défensives, et la coordination de plusieurs joueurs pour obtenir un résultat spécifique. Pratiquement tous les sports sont pratiqués dans le cadre de règles spécifiques qui définissent le terrain de jeu et la façon dont les joueurs agissent sur le terrain. La connaissance des principes fondamentaux et des règles est essentielle pour jouer et apprécier le jeu.

Le développement du caractère, et plus précisément de l’esprit sportif, est une qualité intangible du sport, et l’une des valeurs les plus importantes qu’un enfant devrait apprendre. Le respect de ses entraîneurs, de ses coéquipiers et de ses adversaires, ainsi que l’apprentissage de la victoire et de la défaite avec grâce sur le terrain de sport, sont des leçons qui profiteront à l’enfant tout au long de sa vie.

L’esprit sportif est une qualité intangible du sport.

Jack Nicklaus, le vainqueur le plus prolifique de l’histoire du circuit de golf professionnel, a déclaré : « Mon père m’a appris la chose la plus difficile qu’un athlète professionnel doive apprendre, à savoir comment perdre avec grâce… même si cela fait mal à l’intérieur, vous souriez et gardez la lèvre supérieure rigide ; que vous serrez la main de l’homme qui vous a battu, et lui dites félicitations, et que vous le pensez vraiment.

6. Traiter les victoires et les défaites de la même façon

De nombreuses ligues de jeunes ne tiennent pas de score pour que l’objectif reste de s’amuser, et non de gagner. Les parties de soccer pour les nouveaux joueurs éliminent souvent les gardiens de but pour faciliter le pointage, tandis que le t-ball allège la difficulté d’apprendre à balancer une batte pour frapper une balle – il y aura beaucoup de temps dans les années ultérieures pour introduire de la complexité.

Les enfants doivent être conscients de la complexité de la situation.

Encouragez les enfants à être le meilleur qu’ils peuvent être, sans se comparer à qui que ce soit. S’ils aiment le jeu, ils continueront à jouer, à améliorer leurs fondamentaux et à devenir de meilleurs participants et personnes. Si vous avez besoin d’un exemple pour coacher votre enfant ou si vous êtes spectateur d’un des matchs de votre enfant, regardez les grands-parents qui regardent le jeu. Ayant élevé leurs propres enfants, ils ont souvent une perspective qui fait parfois défaut aux parents : Ils comprennent que le fait de gagner ou de perdre n’a pas d’importance et sera oublié dans les heures, les jours ou les semaines qui suivent le match. Ils aiment simplement regarder leurs petits-enfants jouer.

entraîneur de sport de jeune

Mot final

Tiger Woods, peut-être l’athlète le plus médiatisé d’Amérique, a dit de son père et premier entraîneur, Earl Woods, «Mon père était mon meilleur ami et mon plus grand modèle. C’était un père, un entraîneur, un mentor, un soldat, un mari et un ami extraordinaire». En tant que parent entraîneur, vous devez savoir et communiquer à votre enfant et à ses coéquipiers que le succès n’est pas synonyme de victoire, et que l’échec n’est pas synonyme de défaite. Le succès, selon Vince Lombardi, est «le travail acharné, le dévouement au travail à accomplir et la détermination que, que nous gagnions ou perdions, nous nous sommes appliqués à la tâche à accomplir». Si vous pouvez enseigner cette seule leçon à vos enfants, votre expérience d’entraîneur en vaudra la peine.

Vous avez été entraîneur de jeunes ? Quelle a été votre expérience ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *